AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Guider le chemin de l'autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sébastien Colbung
Joueur
Joueur
avatar

Âge : 32 ans
Amoureux(se)? : seulement de la vie
Messages : 7
Date d'inscription : 02/07/2017

MessageSujet: Guider le chemin de l'autre   Lun 24 Juil - 23:25

<CENTER><link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Great+Vibes' rel='stylesheet' type='text/css'><span style="font-family: 'Great Vibes', cursive; font-size:50px; color:#0066cc;">Guider le chemin de l'autre</span><br /><br /><img src="https://ni9993enn8cbye42ejw7z1d1-wpengine.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/Xavier-Rudd.jpg" style="width:325px; border-radius:25px 5px 25px 5px;"></center><center><div style="text-align:justify; padding:3px; font-size:12px; width: 535px;color:black;"><blockquote>
Destin et Hasard ont décider pour moi cette fois-ci. Je ne savais quel navire emprunter pour suivre mon voyage, et je me suis laisser simplement guider par la foule. Il se trouve que cette fois, je me retrouverai sur Gaïa. Mes bagages sont ma guitare, mon harmonica et un sac à dos épais avec vêtements, tente, sac de couchage et outils de survie, ainsi qu'en main un sac de provisions récemment acheter. J'ai prévenu le capitaine de mon mode de vie pacifique et ai proposé des services musicaux en échange de la possibilité de dormir et manger durant le temps du trajet. Je suis un nomade, un pèlerin, qui a depuis longtemps légué sa vie à l'aide des autres et à la recherche de la paix, et voir que ce capitaine fait partie de ceux qui admire et respecte ce choix de vie me remplie de joie. Le voyage est plutôt calme, les gens apprécie mes airs mélodiques et mes chants, et bientôt nous accostons à destination. Je salue le capitaine, et retourne sur les routes.

C'est un petit port, situé dans la zone de l'espace. Ho je connais ce lieu, j'y suis déjà aller. Je continue de marcher dans les rues bondées, surtout en cette heure de la journée, où tous rentrent chez eux. J'ai plutôt intérêt à me trouver un hôtel ou une maison d'hôte si je ne veux pas finir en tente sous un pont. C'est assez dangereux ici : ils perdent rapidement l'instinct de partage à force de vivre dans des lieux confinés et au milieux de prix trop haut. Qui sait ma chance saura me trouver quelque chose de bien. J'ai bien sûre un peu d'argent sur moi, obtenue par mes musiques ou par des gens me remerciant ainsi de les avoir aider, ou d'avoir effectuer une travail pour eux. Un hôtel ici, mais bien trop cher pour moi. La un autre mais jamais je ne pourrais me le payer. Il y a bien quelques bars qui proposent des chambres, mais c'est à nuit unique. Après plusieurs heures à erré sans rien trouver, je finis par prendre une pause bien mériter. Je sors une bouteille d'eau et bois une grande rasade ce qui me fait un bien fou, puis prends le temps de regarder ce qui se passe autour de moi, ainsi que le ciel que l'ont perçoit à peine au travers de tout ces building. Ici bas on ne ressent aucune énergie de la Nature... C'est plutôt triste. Je soupire et finis par continuer mon chemin : c'est toujours plus beau la nuit, ici, car c'est là que se passe les vrais amusements, ce qui compense le manque de véritable vie de l'Espace.

Enfin! J'ai trouvé un lieu où dormir! J'ai fais du porte à porte un peu plus loin qu'au cœur de ce fargouilli et la dame a accepter de m’accueillir chez elle pour quelques jours. Une semaine plus précisément. En échange je dois faire à manger et les courses. Aucun soucis donc! Je pose mes affaires et arrange le canapé comme mon petit nid à moi. Me voilà satisfait! Et je me couche directement. Tout ce voyage et toutes ces recherches m'ont épuisés.

Comme promis, au matin, je fais le petit déjeuné pour tout le monde. je me lave et change d'habit et la gentille dame me propose même de laver mes affaires sales, ce que j'accepte avec grand plaisir. C'est un amour cette femme à ce que je vois, il faut dire qu'avec trois enfants sans péter les plombs, elle doit être de celles qui ont un amour maternelle élevé. Je retour dehors et me balade, cette fois avec le dos léger et simplement l'harmonica dans ma poche intérieur de veste. Et c'est là que je l'ai entendu. Des pleures. Et plus que cela des pleures d'enfant... Je suis le son, un peu inquiet, et trouve non loin un petit corps apeuré et tremblant. Je m'approche en douceur de cette petite fille qui pleure.

- bonjour ; dis-je avec douceur ; n'ai crainte, petite. Je ne te veux aucun mal... tu t'es perdu?
</blockquote><div align="right"><font color="#000000"><span style="font-size: 9px; line-height: normal"><i>lumos maxima</i></span></font></div></div></center>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Guider le chemin de l'autre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: L'espace-
Sauter vers: